vendredi 21 août 2009

on parle du wwoof dans la presse locale

Vendredi 21 août 2009 PAGE 17
Le Courrier du Pays de Retz


À St-Père, les Blomqvist accueillent les Wwoofers
Du tourisme utile à la ferme

La ferme familiale que Jonathan Blomqvist a reprise il y a deux ans, a toujours cultivé cette notion d’accueil. “Mes parents recevaient déjà des étrangers quand j’étais petit” se rappelle
le Pérézien. Alors lorsqu’il apprend l’existence de ce mouvement, le Wwoof, par un copain qui a testé le concept en Écosse et par une exploitante bio de Saint-Brevin, ni une ni deux, Jonathan se lance dans l’aventure. Inscrit depuis avril sur le site français (chaque pays a le sien), il accueille
depuis ses premiers “wwoofers”, des gens venus de tous horizons et qui contre un coup de main à l’exploitant, sont hébergés et nourris. “C’est l’occasion de faire des rencontres et de faire découvrir notre travail. Cela nous oblige à travailler plus, aussi”, souligne l’exploitant bio.

Le wwoofer peut ainsi découvrir un autre univers, parfois éloigné du sien, en l’occurrence l’agriculture bio, et de faire du tourisme “à moindre coût”.

Vivre chez l’habitant

C’est ce que recherchait Kay. Âgée de vingt ans, cette Américaine est étudiante à Boston. Arrivée chez Jonathan et Anne Blomqvist il y a quelques jours, elle fait connaissance avec la campagne du
Pa y s d e R e t z . “Un autre monde après ma visite de Paris. Mais c’est ce qui fait la
d i v e r s i t é d e l a F r a n c e ” , résume-t-elle. Avant de faire sa rentrée en 3e année de relations internationales où elle étudie entre autres, la langue française, Kay voulait voir du
pays. En juillet, elle a étudié en Espagne et au Maroc puis voulant perfectionner son français,
elle a débarqué à Paris. “Je voulais comprendre ce qui était bien dans le bio. Ici, je cueille les légumes, j’aide à la préparation des confitures avec Anne”, explique la jeune femme qui n’oublie pas d’allier travail et plaisir. Après le marché, direction la plage et ce week-end, elle profitera d’une soirée-concert à Couvre Feu à Corsept. “Une sortie à Nantes est prévue”, ajoute Jonathan.
Kay est le quatrième wwoofer accueilli à la ferme, après Fraser l’Ecossais, le Brésilien Youri et le Singapourien, Amos.

Voyages immobiles

“Une façon pour nous de voyager sans bouger de chez nous. L’été c’est impossible, nous avons trop de travail”, conclut Jonathan. Avec 1 hectare 1/2 de fruits et légumes, la confection des confitures, les marchés de St-Brevin, du Clion et de Corsept, l’Amap de Paimboeuf et le marché fermier du mardi soir à St-Brevin, le boulot ne manque pas. Alors, ces voyageurs sont une petite bouffée d’oxygène pour Jonathan qui n’a qu’un seul regret, “celui de n’avoir pas été wwoofer”. Mais, ce n’est pas trop tard. Un ancien hôte, Fraser devrait s’installer en agriculture bio en Espagne. Un p’tit voyage et un p’tit coup de main s’imposent.

(1) Wwoof pourrait se traduire par “possibilités dans les fermes bio du monde entier”
Utile : p l u s d ’ i n f o s s u r www.wwoof.fr

Patricia Bigot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire