dimanche 6 mars 2011

Encore une ferme menacée par l'urbanisation...

Nous nous faisons le relais du collectif InterAMAP 44 pour vous faire part de nouvelles concernant Denise et Daniel Vuillon. Nous avions rencontré ce couple de maraîchers, à l'initiative de la première AMAP en France, lors de leur passage en Pays de Retz en décembre 2009.
Ci-dessous, nous retranscrivons les informations relatives à ce sujet, fournies sur le site Cyberacteurs, où il vous est possible de signer la pétition. Voici le lien :
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/presentation.php?id=254&PHPSESSID=528cf9593e0c81911fd59403529139f3


Située sur la Commune d'Ollioules, près de Toulon dans le Var, en zone péri-urbaine, les terres des Olivades sont connues pour avoir vu naître en 2001, la première AMAP de France sous l'impulsion de Denise et Daniel Vuillon. Elles sont aujourd'hui menacées par un tracé de tramway loufoque diligenté par la Communauté d'Agglomération Toulon Provence Méditerranée, présidée par Monsieur Falco, sénateur Maire de Toulon, ex Ministre.


Explicatif


Sauvons les Olivades
A l'heure où l'on prend conscience de l'importance des terres agricoles de proximité !
A l'heure où la sécurité alimentaire se révèle un déterminant de santé fondamental !
A l'heure où l'on recherche les circuits courts pour diminuer le poids du transport !
Monsieur Falco s'acharne à rayer de la carte la ferme des Olivades, la première AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne) de France, créée en 2001 par Denise et Daniel Vuillon en banlieue toulonnaise en mutilant les terres d'un tracé de tramway complétement loufoque alors qu'un tracé alternatif sans aucune expropriation donc gratuit, rendant plus de services, est possible.
La protection des terres agricoles nourricières est d'utilité publique.

Pour ceux qui le peuvent rendez-vous le 13 Mars à partir de 11 h à Toulon, place de la Liberté pour un rassemblement en forme de pique-nique festif.

Texte de la pétition

Les signataires de cette pétition demandent à Monsieur Falco l'annulation de l'arrêté de cessibilité et de l'ordonnance d'expropriation en date du 21 Janvier 2011 pris contre les terres de la ferme des Olivades.
Il faut que cesse la disparition tous les 10 ans de la surface de l'équivalent d'un département français de terres agricoles.
Rien ne sert de le déclarer, il faut le faire. Les Olivades sont emblématiques de la volonté des Citoyens de préserver les terres agricoles et de maintenir une agriculture paysanne par la naissance de la première AMAP de France en 2001.
Des transports en commun, OUI, sur des terres agricoles, NON. Une solution alternative existe, sans expropriation, rendant plus de services aux usagers.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire